Vendredi Saint – Méditer avec sainte Thérèse

Du 10 avril 2020 au 13 avril 2020

Accompagnons Jésus sur le chemin de la Croix.

Prenons soin de Lui comme Lui prend soin de nous…

« Jésus brûle d’amour pour nous… Regarde sa Face adorable !… Regarde ces yeux éteints et baissés !… regarde ces plaies… Regarde Jésus dans sa Face… Là tu verras comme il nous aime. »

(Lettre 87 de Thérèse à sa sœur Céline du 4 avril 1889 après l’aggravation de l’état de santé de leur papa saint Louis Martin)

***************

  1. Vivre d’Amour, c’est essuyer ta Face

C’est obtenir des pécheurs le pardon

O Dieu d’Amour ! qu’ils rentrent dans ta grâce

Et qu’à jamais ils bénissent ton Nom…..

Jusqu’à mon cœur retentit le blasphème

Pour l’effacer, je veux chanter toujours :

«Ton Nom Sacré, je l’adore et je l’Aime

Je vis d’Amour !… »

(Poésie PN 17 Vivre d’Amour, 26 février 1895, pour Thérèse elle-même, fruit de sa prière d’Adoration pendant les trois jours qui précédèrent le Mercredi des Cendres)

***************

  1. Ah ! laisse-moi, Seigneur, me cacher en ta Face.

Là je n’entendrai plus du monde le vain bruit

Donne-moi ton amour, conserve-moi ta grâce

Rien que pour aujourd’hui.

(Poésie PN 5, Mon chant d’aujourd’hui, 1er juin 1894, pour sœur Marie du Sacré-Cœur)

***************

Comme pour Céline Martin, rentrée au Carmel après tant d’épreuves dans sa vie, et à laquelle sa sœur Thérèse dédie cette poésie, la Croix de Jésus ouvre un nouvel horizon…

  1. Tu m’as cachée pour toujours en ta Face !…

Divin Jésus, daigne écouter ma voix

Je viens chanter l’inexprimable grâce

D’avoir souffert… d’avoir porté la Croix…

  1. J’ai bu longtemps au calice des larmes

J’ai partagé ta coupe de douleurs

Et j’ai compris que souffrir a des charmes

Que par le Croix on sauve les pécheurs.

  1. C’est par la Croix que mon âme agrandie

A vu s’ouvrir un horizon nouveau.

Sous les rayons de ta Face bénie

Mon faible cœur s’est élevé bien haut.

  1. Mon Bien-Aimé, ta douce voix m’appelle

Viens, me dis-tu, déjà l’hiver a fui

Pour toi commence une saison nouvelle

Enfin le jour va remplacer la nuit.

  1. Lève les yeux vers la Sainte Patrie

Et tu verras sur des trônes d’honneur

Un Père aimé…. Une Mère chérie

Auxquels tu dois ton immense bonheur !…

  1. Comme un instant s’écoulera ta vie

Sur le Carmel on est tout près des Cieux

Ma bien-aimée, mon amour t’a choisie

Je te réserve un trône glorieux !…

(Poésie PN 16, Chant de reconnaissance de la fiancée de Jésus, 5 Février 1895)

***************

  1. Rappelle-toi de ta chère Céline

Qui fut pour toi comme un ange des Cieux

Lorsqu’un regard de la Face Divine

Vint t’éprouver par un choix glorieux….

Tu règnes dans le Ciel….. sa tâche est accomplie

Maintenant à Jésus elle donne sa vie…..

Protège ton enfant

Qui redit bien souvent

Rappelle-toi !…

(Poésie PN 8, Prière de l’Enfant d’un saint, en août 1894, où Thérèse, après le décès de son papa saint Louis Martin, le 29 juillet, relit toute l’histoire sainte de son papa sur la terre avec ses enfants, dans le souvenir de sa maman, sainte Zélie et des autres frères et sœurs déjà au Ciel…)

  1. Rappelle-toi qu’autrefois sur la terre

Ton seul bonheur était de nous chérir

De tes enfants exauce la prière

Protège-nous, daigne encor nous bénir

Tu retrouves là-Haut notre Mère chérie

Qui t’avait précédé dans la Sainte Patrie.

Maintenant dans les Cieux

Vous régnez tous les deux

Veillez sur nous !…..

***************

  1. Jésus, ton ineffable image

Est l’astre qui guide mes pas

Ah ! tu le sais, ton doux Visage

Est pour moi le Ciel ici-bas.

Mon amour découvre les charmes

De ta Face embellie de pleurs

Je souris à travers mes larmes

Quand je contemple tes douleurs….

  1. Oh ! je veux pour te consoler

Vivre ignorée sur cette terre !….

Ta beauté que tu sais voiler

Me découvre tout son mystère.

Vers toi je voudrais m’envoler !….

  1. Ta Face est ma seule Patrie

Elle est mon Royaume d’amour

Elle est ma riante Prairie

Mon doux Soleil de chaque jour

Elle est le Lys de la vallée

Dont le parfum mystérieux

Console mon âme exilée

Lui fait goûter la paix des Cieux.

  1. Elle est mon Repos, ma Douceur

Et ma mélodieuse Lyre….

Ton Visage, ô mon doux Sauveur

Est le Divin bouquet de Myrrhe

Que je veux garder sur mon cœur !…

  1. Ta Face est ma seule richesse

Je ne demande rien de plus

En elle me cachant sans cesse

Je te ressemblerai, Jésus….

Laisse en moi la Divine empreinte

De tes Traits remplis de douceurs

Et bientôt je deviendrai sainte

Vers toi j’attirerai les cœurs.

  1. Afin que je puisse amasser

Une belle moisson dorée

De tes feux daigne m’embraser.

Bientôt de ta Bouche adorée

Donne-moi l’éternel Baiser !…

(Poésie PN 20, du 12 Août 1895, où la croix de Jésus ouvre sur la paix des Cieux. Thérèse écrit pour sœur Marie de la Trinité et traduit ici, toute la dévotion qu’elle a pour la sainte Face de Jésus sur la Croix)

***************

Au procès de sœur Thérèse en vue de sa Béatification et Canonisation, la même sœur Marie de la Trinité déclara : « Sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus avait pour la Face adorable de Jésus un culte tout spécial, elle voyait en Elle le miroir des humiliations et des souffrances de Jésus durant sa Passion. La vue de cette divine Face allumait dans son âme un désir passionné de Lui ressembler, ainsi qu’elle me l’exprimait ».

Quelques temps plus tard, Thérèse portera cette prière, nuit et jour sur son cœur :

« Fais que je te Ressemble, Jésus ! »

***************

Pour terminer notre méditation, reprenons in extenso, la lettre de sœur Thérèse, alors novice au Carmel à sa sœur Céline qui, aux Buissonnets, veille sur leur papa, malade. Thérèse souffre en silence t regarde vers Jésus en Croix…

J.M.J.T.

Jésus !…       Au Carmel le 4 Avril 89

 Ma petite Céline chérie,

 Ta lettre a mis une grande tristesse dans mon âme !… Pauvre petit Père !… Non, les pensées de Jésus ne sont pas nos pensées ni ses voies ne sont nos voies…

Il nous présente un calice aussi amer que notre faible nature peut le supporter !… ne retirons pas nos lèvres de ce calice préparé par la main de Jésus…

Voyons la vie sous son jour véritable… C’est un instant entre deux éternités… Souffrons en paix…

J’avoue que ce mot de paix me semblait un peu fort, mais l’autre jour, en y réfléchissant, j’ai trouvé le secret de souffrir en paix… Qui dit paix ne dit pas joie, ou du moins joie sentie… Pour souffrir en paix, il suffit de bien vouloir tout ce que Jésus veut… Pour être l’épouse de Jésus, il faut ressembler à Jésus, Jésus qui est tout sanglant, Il est couronné d’épines !…

Mille ans sont à vos yeux, Seigneur, comme le jour d’hier qui est passé !…

Etant sur les bords du fleuve de Babylone nous nous y sommes assis, et nous avons répandu des larmes en nous souvenant de Sion… Nous avons suspendu nos harpes aux saules qui sont dans les campagnes… Ceux qui nous ont emmenés captifs nous ont dit : « Chantez-nous un cantique agréable entre ceux de Sion »… Comment chanterions-nous les cantiques du Seigneur sur une terre étrangère ?… Ps. de David…

Non, ne chantons pas les cantiques du Ciel aux créatures… mais comme Cécile, chantons dans notre cœur un cantique mélodieux à notre bien-aimé !…

Le cantique de la souffrance unie à ses souffrances est ce qui ravit le plus son cœur !…

Jésus brûle d’amour pour nous… Regarde sa Face adorable !… Regarde ces yeux éteints et baissés !… regarde ces plaies… Regarde Jésus dans sa Face… Là tu verras comme il nous aime.

 Sr Thérèse de l’Enfant Jésus de la Ste Face
nov.carm.ind.

***************

Ensemble, en Eglise, et chacun personnellement, laissons-nous traverser par le Mystère pascal de la mort et de la résurrection de Jésus. Accompagnons-le sur le Chemin du Calvaire et veillons avec Lui, dans la Foi.


Evénements relatifs :