procession mariale-min

Processions aux flambeaux

Des processions mariales aux flambeaux sont organisées tout au long de l’année, sur le « Chemin de Marie », situé en contrebas de la Basilique.

La famille Martin vivait pleinement la dévotion pour la Vierge Marie. Zélie Martin a effectué un voyage à Lourdes en 1877, soit 20 ans après les apparitions, et Thérèse se décrit ainsi : « je suis la petite fleur de l’Immaculée ». La dévotion de Thérèse pour la Sainte Vierge est profonde et Thérèse reconnaît en elle sa Mère du Ciel.

La statue de la « Vierge du Sourire » qui accompagne les processions fut offerte au jeune Louis Martin par une vieille dame d’Alençon fort pieuse et confiante de trouver en lui une personne digne d’accueillir un tel présent. Célibataire, Louis la place dans son Pavillon où il se retire pour lire et prier. Après son mariage, la statue devient le centre de la prière familiale.

On l’entoure de fleurs pendant le mois de Marie. Souvent Zélie se tourne vers la Sainte Vierge et confie avoir reçu « des faveurs que moi seule connais  ». Dans la maison familiale des Buissonnets, la statue conserve une place prépondérante.

La statue « entre au Carmel » apportée par Céline en 1894. Elle est placée à l’entrée de la cellule de Thérèse.

On lit en première page de l’Histoire d’une Âme :

«  Avant de prendre la plume, je me suis agenouillée devant la statue de Marie, je l’ai suppliée de guider ma main afin que je ne trace pas une seule ligne qui ne lui soit agréable. »

Sainte Thérèse