L'évènement est terminé.

« Nous fêtons aujourd’hui la Cité du Ciel, notre mère la Jérusalem d’en-haut ; c’est là que nos frères les saints, déjà rassemblés, chantent sans fin ta louange. Et nous, qui marchons vers elle par le chemin de Foi, nous hâtons le  pas, joyeux de savoir dans la lumière ces enfants de notre Eglise que tu nous donnes en exemple » (Préface de la Messe du 1er novembre).

« Je ne vous appelle plus serviteurs, je vous appelle amis » (Jean 15,15).

Vivre en amis de Jésus, c’est cela la sainteté. Les saints honorés dans l’Église l’ont été souvent d’une manière héroïque ; mais l’appel de Jésus nous concerne tous. L’amitié avec Jésus, la sainteté, est la vocation de tout baptisé.

Thérèse Martin, enfant, s’étonnait que Dieu ne donne pas les mêmes grâces à toutes ses créatures jusqu’au jour où elle comprit que, dans un jardin, « toutes les fleurs que Dieu a créées sont belles, que l’éclat de la rose et la blancheur du lys n’enlèvent pas le parfum de la violette ou la simplicité ravissante de la pâquerette. »

Elle avait compris que le Créateur se réjouissait de la beauté de toutes ses créatures, de la sainteté de tous ses enfants, qu’elle soit éclatante et rayonnante ou modeste et connue de lui seul.

C’est bien tout le mystère de la communion des saints qui est au cœur de notre vie chrétienne. Nous sommes tous tissés les uns avec les autres dans une tapisserie où nos vies sont entrelacées et, comme le dit le héros du Journal d’un curé de campagne de Bernanos :

« ll n’y a pas un royaume des vivants et un royaume des morts, il n’y a que le Royaume de Dieu, vivants ou morts, et nous sommes dedans. »

Solennité de tous les saints

Lundi 1er novembre 2021

  • 10h30 Messe Basilique supérieure
  • 17h Messe Basilique supérieure

« Le Ciel est peuplé d’âmes qui me chérissent »

Ms b, 2 v°