L’actualité du message des Saints Louis et Zélie Martin

Nous connaissons bien des aspects de la vie quotidienne de cette famille du XIXe siècle grâce aux nombreux témoignages rapportés à travers la volumineuse correspondance familiale et les écrits de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.

La vie de famille

Faits l’un pour l’autre, les époux Martin s’aimeront toujours profondément, délicats et attentifs l’un à l’autre. Exigeants et bienveillants dans l’éducation de leurs enfants, ils les élèvent dans l’amour de Dieu et du prochain. Ils assument pleinement leurs vocations de père et de mère, y compris à travers les difficultés qu’ils rencontrèrent.

Par leur choix d’une vie simple pour leur famille, Louis et Zélie ne font pas le jeu des mondanités auxquelles leur situation sociale et leur fortune acquise par le travail pourraient les exposer.

La vie sociale

Louis et Zélie Martin sont actifs dans la vie quotidienne, prenant à bras-le-corps les difficultés inhérentes à la vie de leur entreprise. Ils sont travailleurs, donnent de leur personne, sont attentifs aux employés, les soutenant dans leurs difficultés personnelles.

Ils portent encore attention aux plus démunis, notamment par leur implication dans différentes œuvres comme le Cercle Vital Romet et la Conférence Saint-Vincent de Paul.

Ils sont généreux, attentifs aux plus petits et aux plus pauvres qui le leur rendent bien par leur attachement reconnaissant.

La vie ecclésiale

Paroissiens assidus, ils se rendent chaque matin à la messe des ouvriers. A l’origine de l’Adoration nocturne, ils participent à différentes confréries ou associations de piété. Louis se rend souvent en pèlerinage vers tel ou tel sanctuaire. Ils ont l’un et l’autre une grande considération pour les prêtres et témoignent encore de leur amour pour l’Eglise.

Homme et femme de prière, Dieu est toujours le premier servi à travers les différentes occupations du quotidien.

Les épreuves de la vie

Louis Martin et Zélie Guérin sont d’abord éprouvés par le discernement de leur vocation respective qui les voit passer du désir de la vie religieuse à la grâce du mariage pour une vie sponsale et familiale, heureuse et comblée.

Ils perdent quatre enfants en bas-âge. Ils connaissent comme parents, de grandes difficultés avec Léonie qui cependant est devenue depuis le 18 décembre 2014, « La Servante de Dieu » par la renommée de sainteté qui traverse son existence, toute ouverte à l’amour de Dieu et à l’amour du prochain.

Eprouvés au terme de leur vie terrestre par la maladie, Zélie est atteinte d’un cancer du sein qui se généralise et l’emporte à l’âge de quarante-six ans, laissant une famille très affectée à laquelle elle manquera toujours comme épouse et comme maman.

Douze ans plus tard, Louis souffre d’une artériosclérose cérébrale qui provoque des signes de démence et oblige à l’interner pendant trois ans. Devenu hémiplégique, il finit sa vie auprès de sa belle-famille Guérin.

Une vie, un message

Par leur vie simple et ordinaire, bien inscrits dans leur époque, la famille des saints Louis et Zélie Martin, avec ses joies et ses peines, est une chance et un exemple donnés à l’Eglise et au monde pour comprendre aujourd’hui, l’importance de l’amour vrai vécu en famille, entre époux d’abord et entre parents et enfants.

La vie des saints Louis et Zélie Martin est une invitation à mettre Dieu à la première place dans chacune de nos familles pour continuer à « Vivre d’amour » selon l’expression de leur fille sainte Thérèse et comme en témoigne la vie de leur fille Léonie, « La Servante de Dieu, sœur Françoise-Thérèse ».

Par leur vie donnée à Dieu et traduite concrètement dans leur vie familiale au quotidien, les saints Louis et Zélie Martin rendent la sainteté dans nos familles d’aujourd’hui, abordable et désirable.