Dimanche de la Miséricorde 8 avril 2018

Du 08 mai 2018 au 09 avril 2018

Nous vous invitons à vous joindre par la présence ou l’intention, à la célébration de la Miséricorde divine, en la Basilique Sainte-Thérèse de Lisieux. L’eucharistie du matin nous convoquera à la source même de la Miséricorde. L’après-midi, le cloître de la Miséricorde (accès libre) nous fera découvrir l’expérience que sainte Thérèse fait de la Miséricorde divine. Nous nous retrouverons à 15h00 pour un temps d’Adoration et pour la méditation du chapelet de la Miséricorde dont la prière fut confiée par Jésus à sainte Faustine.
Messes
10h30 Basilique supérieure
17h00 Basilique inférieure
Adoration et Chapelet à la Miséricorde

15h00-16h00 Basilique supérieure

Accueil par un prêtre pour le sacrement de réconciliation

10h-10h30 confessionnal Basilique supérieure
15h-17h confessionnal Basilique supérieure

Prier pour les pécheurs

En entrant au Carmel, Thérèse avait dit qu’elle y venait « pour sauver les âmes et pour prier pour les prêtres. Sauver les pécheurs en leur obtenant la miséricorde du Seigneur sera sa grande intention. Elle y associe ses sœurs carmélites comme elle le chante dans la poésie 40 « les sacristines du Carmel » dont est extrait le quatrain qui illustre la prière de ce mois.
En 1887, la jeune Thérèse Martin de 14 ans avait fait l’expérience de la puissance de la prière pour les pécheurs en appelant la miséricorde divine sur le criminel Henri Pranzini. Neuf ans plus tard, traversant le sombre tunnel de l’épreuve de la foi, elle acceptera d’être assise à la table des pécheurs, particulièrement pour les incroyants, implorant le pardon de Dieu pour eux. Jésus a dit dans l’Évangile qu’il n’était pas venu appeler les justes mais les pécheurs. Alors Thérèse veut offrir les pécheurs à Jésus pour lui faire plaisir, puisque la joie de Dieu est de se donner, de répandre sa miséricorde dans les cœurs qui veulent bien s’ouvrir à Lui. C’est la folie de son amour.

Thérèse écrira à Céline :
« Le seul crime qui fut reproché à Jésus par Hérode fut d’être fou et je pense comme lui ! oui c’était de la folie de chercher les pauvres petits cœurs des mortels pour en faire ses trônes, Lui le Roi de Gloire qui est assis sur les chérubins. Lui dont la présence ne peut remplir les Cieux. Il était fou notre Bien-Aimé de venir sur la terre chercher des pécheurs pour en faire ses amis, ses intimes, ses semblables, Lui qui était parfaitement heureux avec les deux adorables personnes de la Trinité ! » (LT 169)

C’est en jetant des fleurs, c’est à dire en priant et en offrant tout ce qu’elle accomplit par amour, qu’elle obtient ce qu’elle désire :

« Jeter des Fleurs, Jésus, voilà mon arme
Lorsque je veux lutter pour sauver les pécheurs
La victoire est à moi… toujours je te désarme
Avec mes fleurs ! » (PN 34)