Journée en l’honneur de saint Louis Martin

Vendredi 29 juillet 2016

La maladie de Louis Martin, par le Père Gabriel Ribreau

Louis martin raconté par Céline

Louis martin150

« En 1887, il y avait environ 20 ans que notre père chéri avait été piqué à la tête, par une mauvaise mouche… derrière l’oreille droite. Ce mal empira tout d’un coup et papa dut consulter un spécialiste qui lui fit subir un traitement des plus douloureux, traitement qui augmentait considérablement le volume de la plaie… Les signes avant coureurs de la paralysie cérébrale se succédaient avec une telle rapidité que bientôt nous n’eûmes plus aucun doute sur l’issue certaine de la maladie … Mon cher petit père perdant peu à peu la mémoire, il s’en affectait beaucoup et moi je m’en inquiétais…"

Louis Martin en famille

Thérèse raconte dans l’Histoire d’une Ame : « Je ne savais pas que le 12 février 1889, un mois après ma prise d’habit, notre Père chéri boirait à la plus amère, à la plus humiliante de toutes les coupes… » (Manuscrit A, 73 r°). Monsieur Martin est en fait transféré dans une maison de santé à Caen, à la suite d’hallucinations qui ont pris une forme inquiétante pour l’entourage.

Louis, à ses moments de lucidité, va vivre cette grande épreuve dans la foi, comme il a vécu toute sa vie. Il avait confié à ses filles : « Mon but, c’est d’aimer Dieu de tout mon cœur ».

Pendant trois ans, il va vivre en hôpital psychiatrique, où il sera un apôtre au milieu des malades, tout en désirant « être apôtre autre part que là !… Toujours vivre pour la plus grande gloire de Dieu », comme il aimait à le répéter. Il reconnait aussi « C’est pour expier mon orgueil que je suis ici. »

Les soignants en sont interloqués, ce qui fait dire à une religieuse : « nous n’avons jamais vu cela ici… c’est un saint que nous soignons ! Depuis le peu de temps qu’il est ici, il a su se faire aimer. On voit que c’est une épreuve, cela ne lui va pas d’avoir cette maladie et ce n’en est que plus pénible ! »

Louis Martin a rejoint la Patrie céleste dix sept années après son épouse, éprouvé par une artériosclérose cérébrale, le 29 juillet 1894 à l’âge de 71 ans.

  • Une journée ouverte à tous, avec une attention particulière pour les personnes veuves vendredi 29 juillet 2016 : conférence « L’union de saint Louis Martin avec son épouse pendant son veuvage » par Monsieur Emmanuel Houis, 50 rue Saint Blaise à Alençon. Information : 02 33 26 09 87