Pourquoi donner de l’argent pour offrir une messe ?

Par le P. Paul Préaux, du Sanctuaire Notre-Dame de Montligeon (Orne)

C’est une tradition bien établie dans l’Eglise que les fidèles, guidés par le sens de la foi et la charité, apportent au sacrifice eucharistique une offrande personnelle afin d’y participer plus étroitement. En effet, en donnant un peu d’eux-mêmes (leur propre vie, leur travail, leurs biens, la création), ils prennent part à l’offrande que Jésus fait à son Père.

Par leurs offrandes (financière ou en nature) ils n’achètent donc pas la bienveillance de Dieu - elle nous est définitivement acquise en Jésus -, ni ne paye la messe, car son prix est infini.

Par le don d’un honoraire joint à la demande de célébrer la messe à l’intention d’un vivant ou d’un défunt, les fidèles s’associent plus intimement au mystère de l’Eucharistie. Cette association se réalise à deux niveaux. Premièrement, en manifestant la foi qui reconnaît dans l’eucharistie le sacrifice unique du Christ, et deuxièmement, en s’associant à la vie du prêtre qui préside la célébration. Ils pourvoient ainsi à la subsistance des ministres. L’offrande en argent qui accompagne la demande de messe n’est donc pas le paiement d’une célébration, mais un acte de partage qui associe plus étroitement les fidèles à la célébration et leur permet de contribuer aux besoins de l’Eglise et plus particulièrement à la subsistance des prêtres. C’est donc un geste de partage et de solidarité.

Dans la communion des saints la solidarité de l’amour existe non seulement entre les vivants mais aussi entre les vivants et les défunts qui sont membres du Corps du Christ. Qu’elle soit au Ciel ou sur terre, l’Eglise vit toujours de l’Amour qui vient de Dieu même. Telle est la raison de la prière pour les défunts.

extrait de la revue « Thérèse de Lisieux » - N° 889 - juin 2008