Mgr Guy Gaucher : « L’évêque de Thérèse » est « entré dans la Vie »

mgr guy gaucherMonseigneur Guy Gaucher, affectueusement appelé « l’évêque de Thérèse » est « entré dans la vie », selon l’expression de sa très chère sœur sainte Thérèse, au matin de ce 3 juillet 2014, à Carpentras, en la fête de l’apôtre Thomas. Quelle belle grâce pour un évêque, successeur des apôtres, de partir ainsi vers le Père, au jour de la fête d’un apôtre !

Guy Gaucher est né le 5 mars 1930 à Tournan-en-Brie. Prêtre le 17 mars 1963, il fait profession religieuse le 3 octobre 1968, dans l’Ordre des Carmes Déchaux. À la demande insistante du Pape Jean-Paul II, il est consacré évêque de Meaux, le 19 octobre 1986. Cette date deviendra importante, non seulement pour l’évêque qu’il devient, mais aussi pour toute l’Eglise puisque ce 19 octobre est aussi en 1997, le jour de la proclamation de sainte Thérèse comme Docteur de l’Eglise et celui, en 2008, de la béatification à Lisieux, de Louis et de Zélie Martin, les parents de sainte Thérèse.

La photo ci-jointe est d’ailleurs prise à la sortie de la cérémonie de béatification, ce dimanche 19 octobre 2008.

Dès le 7 mai 1987, le Pape Jean-Paul II nomme Monseigneur Guy Gaucher, évêque auxiliaire du diocèse de Bayeux-Lisieux. Monseigneur Jean Badré, évêque du lieu à cette époque, l’accueille fraternellement en lui confiant « la mission de s’occuper de sainte Thérèse. »

Homme très cultivé, spécialiste de Bernanos à la faveur de ses études littéraires, Monseigneur Guy Gaucher va découvrir sainte Thérèse et devenir le spécialiste de sainte Thérèse, reconnu de tous et dont la parole fait autorité en la matière.

Monseigneur Guy Gaucher nous laisse une œuvre littéraire considérable : livres, ouvrages, articles, conférences, colloques. Il est l’ardent témoin lumineux de sa sœur aînée dans l’Ordre du Carmel. Il décrypte pour nous, l’expérience spirituelle de Thérèse à travers l’œuvre non moins considérable que « la plus grande sainte des temps modernes » nous livre afin de nous introduire dans l’Amour miséricordieux de Dieu et l’Amour de l’Eglise. Monseigneur Guy Gaucher avait le don de traduire par des mots simples et compréhensibles pour le plus grand nombre d’entre nous, l’expérience spirituelle de Thérèse qui devient la sienne pour qu’elle puisse devenir également la nôtre, fidèle au désir de notre maîtresse spirituelle à tous « d’aimer Jésus et de le faire aimer. »

Pianiste hors pair, Monseigneur Guy Gaucher ne résistait pas à la vue d’un piano qui lui tendait son clavier et lui rappelait le temps où, tout jeune, à certaines heures, il était pianiste de piano-bar. Ses auditeurs d’un soir revisitaient alors tout le répertoire à la mémoire collective et à l’horizon quelque peu décalé, sous les doigts virtuoses de l’évêque qu’il demeurait. Doté d’un esprit vif, ces moments spontanés à l’ambiance assurée, traduisait là encore le solide humour dont il était empreint.

Homme à la santé fragile, il a vécu l’expérience spirituelle de l’abandon entre les bras du Père, soutenu par ses fidèles amis et soignants et par la communauté de l’institut Notre-Dame de Vie à Venasque (Vaucluse).

Notre frère Guy s’est laissé conduire sur le chemin de sa Pâque. Greffé sur la croix de Jésus, il est passé de la mort à la vie et la lumière de la résurrection l’a d’ores et déjà saisi.

Monseigneur Guy Gaucher nous laisse le témoignage d’une vie riche, pleine, difficile et enthousiasmante. Attaché à Thérèse comme peut-être personne d’autre, il avait écrit, au moment de son départ de Lisieux en juin 2005, une lettre intitulée « Pourquoi je t’aime, ô Thérèse » reprenant le titre de la poésie de sainte Thérèse : « Pourquoi je t’aime, ô Marie », dans laquelle il s’exprime ainsi : « Thérèse a dit : « Qui aurait pu inventer la Sainte Vierge ? » On pourrait dire : « Qui aurait pu inventer sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Sainte Face ? » À la fois si proche et si lointaine, si ordinaire et si extraordinaire, cette petite normande aimée dans tout l’univers, qu’on croit connaître et qui échappe toujours car le dernier mot de son être exprime quelque chose du mystère insondable de l’Amour de Dieu. »

Homme de grande simplicité et de fraîcheur évangélique, Monseigneur Guy Gaucher a souhaité reposer à Lisieux, près de sainte Thérèse qu’il chérissait tant et à l’œuvre de laquelle il a consacré sa vie, et aussi près des bienheureux Louis et Zélie Martin qui faisaient également sa joie de Pasteur.

Nous célébrerons les obsèques de Monseigneur Guy Gaucher en la basilique de Lisieux, le jeudi 10 juillet prochain à 15 heures. « L’évêque de Thérèse » reposera ensuite au cimetière de Lisieux au milieu de ses frères Carmes, non loin de la première tombe de sainte Thérèse et de celles des familles Martin et Guérin.

Nous aurons à cœur de nous rendre présents ou de nous unir d’intention à cette célébration que présidera notre évêque de Bayeux et Lisieux, Monseigneur Jean-Claude Boulanger.

Nous partageons avec la famille de Monseigneur Gaucher, avec nos frères Carmes et nos sœurs Carmélites, avec tous ses amis, leur peine et leur espérance.

Père Olivier Ruffray, Recteur du sanctuaire de Lisieux