Louis et Zélie Martin, les saints de l’ordinaire

L’histoire de ce couple qui vécut dans l’amour de Dieu. Pourtant voués au cloître Louis Martin et Zélie Guerin se marient en 1858 et deviennent les parents de 9 enfants dont Thérèse qui deviendra sainte Thérèse de Lisieux. Au milieu des contraintes, des épreuves et des joies de la vie de famille, le couple a toujours eu une confiance sans faille en Dieu.

Auteur : Hélène Mongin

C’est l’histoire de deux âmes.

Le 13 juillet 1858, en l’église Notre Dame d’Alençon, Louis Martin épouse Zélie Guérin. Il a 34 ans, elle 26 ; ils ne se connaissent que depuis trois mois, mais ne doutent pas une seconde que ce mariage soit la volonté de Dieu.

Pourtant, c’est le cloître que ces deux cœurs ardents avaient tendu dans leur jeunesse. Mais Dieu les appelait à une autre forme de sainteté.

Ils connurent un amour sans ombre et eurent neuf enfants parmi lesquels figure la petite Thérèse, qui est aussi, au dire de Pie X, « la plus grande sainte des temps modernes ».

A ce titre, tout le monde les connaît. Mais qui sont-ils au juste, ces parents que leur fille jugeait plus dignes du ciel que de la terre ?

La lecture de la très vivante biographie qu’Hélène Mongin leur consacre est une véritable rencontre avec deux âmes d’exception assorties par les soins d’un profond dessein de la Providence. On a vite fait de s’incliner devant leur humanité à la fois tendre et héroïque. Leur existence est frappante de modernité.

Au milieu des contraintes, des épreuves et des joies ordinaires de la vie de famille, ils nous montrent un chemin extraordinaire.

Celui d’une confiance et d’une amitié sans faille avec Dieu, toujours premier servi.

Licenciée en philosophie, Hélène Mongin travaille aujourd’hui à L’Office Central de Lisieux. Passionnée de Thérèse, elle lui a consacré un petit ouvrage : Une pensée par jour avec sainte Thérèse de Lisieux, aux éditions Médiaspaul.

Éditions de l’Emmanuel - 181 pages - 16.00 €