Louis Martin

père de sainte Thérèse de Lisieux

1823-1894

Louis MartinNé à Bordeaux le 22 août 1823, Louis Martin a été élevé dans les camps militaires, au hasard des garnisons de son père.

info document -  voir en grand cette imageIl choisit le métier d’horloger qui s’accorde bien avec son amour du travail précis et son goût pour la solitude.

A vingt-deux ans, il pense lui aussi à la vie religieuse. Il s’adresse au monastère du Grand-Saint-Bernard, mais on lui fait remarquer qu’il ne pourra y entrer qu’après avoir appris le latin. Courageusement, le jeune homme s’y attelle. Il prend des leçons particulières pendant plus d’un an, mais renonce finalement à ce projet.

Il fait alors un stage de trois ans à Paris pour parfaire ses connaissances professionnelles. Le sanctuaire de Notre-Dame-des-Victoires y reçoit régulièrement sa visite.

En 1850, il s’installe comme horloger à Alençon, chez ses parents. Sa foi reste vive et active. Pas question d’ouvrir son magasin le dimanche. Ses distractions ? De longues séances de pêche, quelques parties de chasse et des soirées entre jeunes gens au Cercle catholique, fondé par son ami Vital Romet.

Sa mère s’inquiète de le voir encore célibataire à trente-quatre ans. Mais, en apprenant elle-même la technique du point d’Alençon, elle remarque une jeune Zélie Guérin, remarquablement douée… Les jeunes gens se marient le 13 juillet 1858.