Le bas-relief de la Crucifixion - chapelle de la Vierge

La chapelle absidiale de l’église est dédiée à la Sainte Vierge. Elle a été construite à l’instigation de Pierre Cauchon, évêque de Lisieux à partir de 1432, mais surtout connu pour avoir, l’année précédente, présidé le tribunal qui condamna Jeanne d’Arc à Rouen. A sa mort en 1442, il est enterré dans cette chapelle.

Du temps de Thérèse, et encore aujourd’hui, la chapelle de la Vierge est le lieu de la célébration des messes en semaine. Thérèse et sa famille y assistent souvent.

En 1887, Thérèse, 14 ans, se rend notamment dans cette chapelle pour prier pour la conversion du criminel Pranzini. Le bas-relief à gauche de l’autel l’a peut-être aidée dans sa démarche : il représente Jésus en croix, entouré des deux bandits crucifiés en même temps que Lui. Saint Luc écrit dans son Evangile qu’au larron qui Le reconnaît, Jésus a dit : « aujourd’hui tu seras avec moi dans le Paradis » (Luc 23, 43). La prière de Thérèse n’a pas pour but d’attendrir le cœur de Dieu, qu’elle sait déjà plein d’amour et de miséricorde, mais de faire en sorte que celui du condamné s’ouvre à cette miséricorde : « je dis au Bon Dieu que j’étais bien sûre qu’Il pardonnerait au pauvre malheureux Pranzini, que je le croirais même s’il ne se confessait pas et ne donnait aucune marque de repentir, tant j’avais de confiance en la miséricorde infinie de Jésus, mais que je lui demandais seulement « un signe » de repentir pour ma simple consolation… ». Pranzini, avant de tendre son cou au couteau de la guillotine, embrasse la Croix du Christ. « J’avais obtenu « le signe » demandé […] Quelle réponse ineffablement douce !… Ah ! depuis cette grâce unique, mon désir de sauver les âmes grandit chaque jour ».

info document -  voir en grand cette image