La maison de la rue Labbey

Depuis le 12 février 1889 Louis Martin était interné à l’asile du Bon Sauveur de Caen pour maladie mentale. Devenu impotent et inoffensif, il peut revenir à Lisieux en 1892.

RueLabbeyFaçadeAvt200

La maison de la rue Labbey, façade arrièreAprès un passage au carmel pour revoir Marie, Pauline et Thérèse au parloir, on l’installe quelques semaines chez son beau frère Isidore Guérin, rue Paul Banaston.

Céline loue alors une maison juste à coté : au 7 rue Labbey où Louis vivra désormais au rez-de-chaussée. Louis habitera dans cette maison de 1892 à 1894, soigné par un couple de domestiques : Désiré et Marie Lejuif.

La maison de la rue Labbey donne sur un long jardin au fond duquel coule la rivière « la Touques » ; ce qui va permettre à Louis de passer de bons moments en regardant Tom le chien de Thérèse se baigner et s’ébrouer dans l’eau. rue LabbeyRuisseau180

C’est dans ce jardin et devant la maison que Céline et Léonie posent pour une dernière photographie avec leur père dans sa chaise de malade (chaise qui servira plus tard à Thérèse).

Photo de famille à la maison rueLabbey

Depuis 2008 une plaque a été posée sur la façade de la maison.