« O Coeur de Jésus, trésor de tendresse, c’est toi mon bonheur, mon unique espoir »

La lettre d’information juin 2014

Thérèse, Poésie n° 23, 6, 2

PhRecteur0214R120

Editorial

Chers amis,

Le mois de juin est celui du Sacré-Cœur, de l’amour de Jésus qui nous cherche pour nous inviter à vivre un cœur à cœur avec lui, pour, en réponse, entrer nous-mêmes, dans son amour. « Mon âme… voudrait… entrer dans ton Cœur sans aucun détour. » Ainsi s’achève la poésie de Thérèse « Au Sacré-Cœur de Jésus » (PN 23).

Découvrir par l’amour de Jésus, l’amour dont le Père nous aime, dans l’amour de l’Esprit Saint.

Nous laisser aimer par Dieu. Dans cet amour, l’aimer en retour. Et dans cet amour reçu et rendu par pure grâce de sa part, aimer notre prochain. Car l’amour de Dieu appelle toujours comme corollaire, l’amour du prochain. Thérèse écrit : « Oui je le sens lorsque je suis charitable, c’est Jésus seul qui agit en moi ; plus je suis unie à Lui, plus aussi j’aime toutes mes sœurs » (M.C 12v°).

Lorsque Thérèse s’offre à l’Amour miséricordieux le 9 juin 1895, elle plonge au cœur de l’Amour divin, un et trine à la fois. Son acte d’offrande se poursuit ainsi : « O Trinité bienheureuse, afin de vivre dans un acte de parfait amour, je m’offre comme victime d’holocauste à votre amour miséricordieux… »

Comme pour Sainte Thérèse et par son intercession, que « Le bon Dieu (nous fasse) la grâce de comprendre ce que c’est que la charité » (M. C 11v°).

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Eté 2014 au Sanctuaire de Lisieux

Si Lisieux est sur votre route cet été et que vous souhaitez vous y arrêter, voici les activités qui vous sont proposées par le Sanctuaire, vous avez le choix :

Pèlerinage guidé

  • pour les individuels
  • juillet (excepté 13 juillet)- août (excepté 15 août)
  • départ 14h du chalet d’information sur le parvis de la basilique
  • visite des lieux thérésiens à pied
  • durée 3 heures
  • sans inscription, participation libre

Projection du film « Une course de géant »

  • salle de cinéma de la basilique
  • 14h, 15h, 16h
  • 35 minutes
  • film en français, sous-titres en allemand, espagnol, italien, portugais, polonais
  • projection du même film en anglais au Centre Saint Jean-Paul II en face de la basilique (demander à l’accueil-information)
  • adulte 2€ - enfant 1€

Musée du Diorama famille diorama

  • 11 scènes de la vie de Thérèse en cire
  • 14-18h
  • visites audio-guidée de 30 minutes en français, anglais, allemand, espagnol, italien et néerlandais
  • adulte 3€ - enfant 1€

Visite du Dôme

  • juillet-août
  • tous les jours, 14-18h
  • durée : 30 minutes
  • adulte 1,50€ - enfant 0,50€
  • entrée : en haut des marches de la Basilique, 1re porte à droite
  • après 178 marches à 50 mètres de hauteur, on découvre 2000 m2 de mosaïques et une vue de l’intérieur de la basilique
    © Claque-Pépins
    © Claque-Pépins
  • ensuite, montée de la couronne extérieure 2 fois 65 marches, vue imprenable sur la ville de Lisieux à 80 mètres de hauteur.

Temps de Prière

  • de mai à septembre
  • 14h45-15h15
  • programme :
    • mardi et mercredi : adoration silencieuse (chapelle d’Adoration, basilique inférieure)
    • jeudi et vendredi : prier le chapelet avec Thérèse (chapelle d’Adoration, basilique inférieure)
    • samedi : découvrir et prier Louis et Zélie Martin (basilique inférieure)
      © Claque-Pépins
      © Claque-Pépins
    • dimanche : vénération des reliques de sainte Thérèse (basilique supérieure)
      © Claque-Pépins
      © Claque-Pépins

Prière des pèlerins

  • juillet et août
  • du mardi au samedi
  • 20h30
  • Chapelle du Carmel

Prière silencieuse avec les carmélites

  • tous les mardi et samedi jusqu’au 3 octobre 2014
  • de 17h à 17h50
  • Chapelle du Carmel

12-13 juillet - Fête des Bienheureux Louis et Zélie Matin

Bienheureux Louis et Zélie Martin

Les journées seront présidées par le Cardinal Baldisseri, secrétaire général du synode sur la Famille ;

A Lisieux

Samedi 12 juillet

  • autour de 12h départ d’un car pour Alençon – retour vers 21h30 (inscriptions au 02 31 48 55 09)
  • 15h30 messe de la fête des Bienheureux Louis et Zélie Martin, à la Basilique inférieure

Dimanche 13 juillet à la Basilique

  • 10h30 messe solennelle présidée par le Cardinal Baldisseri en présence de Mgr Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux et de Mgr Habert, évêque de Séez
  • 15h concert par une chorale d’enfants de Taiwan
  • 15h45 témoignage de Valter et Adele Schilliro, parents de Pietro guéri miraculeusement par l’intercession de Louis et Zélie Martin
  • 16h30 vêpres

Programme à Alençon

Vendredi 11 juillet

  • 20h30 - 21h30 Veillée d’adoration à la Chapelle de la maison Famille Martin

Samedi 12 juillet

  • 8h45 Marches des époux et des épouses
  • 12h30 Rencontre des 2 marches au Pont de Sarthe
  • 13h Pique-nique
  • 14h Visite possible sur les pas de Louis et Zélie (Maison Famille Martin, « Pavillon », Basilique, itinéraire en ville)
  • 16 h Conférence « Mariés et saints, pourquoi pas nous ? » par le Cardinal Baldisseri, secrétaire général du synode sur la famille, à la Basilique Notre-Dame d’Alençon
  • 18h Messe solennelle à la Basilique Notre-Dame d’Alençon présidée par le Cardinal Baldisseri en présence de Monseigneur Jacques Habert, évêque de Séez.

Renseignements à Alençon : 02 33 26 09 87

www.louiszeliemartin-alencon.com

Témoignage Père Yon (2/2)

Dans la lettre précédente, nous vous avons proposé la première partie du témoignage du Père Yon évoquant ses souvenirs de guerre dans le cadre du 70e anniversaire du débarquement en Normandie, le 6 juin 1944.

Comme annoncé, voici la deuxième partie et fin :

6 juin 1944
20h30 Une escadrille de forteresses volantes détourne son vol et vient ostensiblement sur nous. Je vois quelques bombes tomber dans le bas de l’avenue de la Basilique. Subitement nous sommes enveloppés par un nuage de poussière et de cailloux, dans un bruit terrible d’explosion. (…) Pour moi, il y a eu vraiment miracle… le fait qu’aucune personne n’ait été blessée… Je conserve encore aujourd’hui la boîte de mon « nécessaire à chaussure » qui était sous le préau et qui a reçu, lui, un éclat de bombe ! Après ce premier déluge de bombes, notre Supérieur nous invite à prendre quelques affaires et à quitter les lieux. Il était 21h30 environ.

9 juin 1944
Retour à Lisieux. Nous rencontrons beaucoup de lexoviens, à pied, avec brouette ou petite voiture. Ils quittent la ville ou en reviennent, et c’est la longue énumération des dégâts des bombardements, des victimes. Nous apprenons la mort de toute la famille Cornu ; la mort des 23 novices de la Providence, des 18 Bénédictines, des 4 Soeurs du Refuge… et tant d’autres. Toutes ces nouvelles étaient terribles.

Chemin faisant, nous nous préparons au spectacle qui nous attendait. En arrivant à la rue du Carmel, nous rencontrons les séminaristes de la Mission de France, soutane ouverte, visage empoussiéré, je dirai : « débraillés » ; en effet, ils s’activaient tous au déblaiement des morts et des blessés.

Le carillon, face à l’entrée de l’Ermitage, sonne encore les heures et les quarts : « Sanc-ta-the-re-sia-o-ra-pro-no-bis ». Il devait disparaître, brûlé, la nuit suivante.

Lisieux, rue du Carmel
Lisieux, rue du Carmel

Nous trouvons la cour des Petits Clercs jonchée de débris divers… Non éclatée, une énorme bombe a traversé jusqu’à la cave, la maison du Supérieur.

… C’est le grand calme. Une forte odeur de fumée. Beaucoup de personnes hagards en recherche de je ne sais qui ou quoi… ou fuyant. C’est la désolation. Il se fait tard, où aller ?

La Crypte de la Basilique est un bon abri, construite en béton, c’est un blockhaus ! Nous y montons avec nos baluchons. Il y a déjà beaucoup de monde devant les portes… Une petite chapelle, à droite du côté de la sacristie nous est attribuée.

Nos Soeurs Carmélites sont arrivées la veille, le Supérieur de la Mission de France les avaient convaincues, bien difficilement d’ailleurs, de quitter leur Carmel. Elles ont apporté le grand reliquaire doré de Sainte Thérèse… Les Soeurs Carmélites se mêlaient volontiers à tous ces réfugiés, leur apportant aide, réconfort, leur sourire…

Le soir, violent bombardement. Nous avions peur, malgré la solidité de la Basilique. C’est cette nuit-là, je crois, et le 10 juin que la rue du Carmel et les rues adjacentes ont brûlé et… que le Carmel fut épargné grâce pour une bonne part, aux séminaristes de la Mission de France qui ont arrêté le feu…

10 juin 1944

Lisieux août1944
Lisieux août1944


La vie s’organise dans la Crypte. Les Soeurs Carmélites chantaient leur Office ainsi que la Messe à l’autel de la Vierge du Sourire, devant l’orgue et elles avaient l’exclusivité de la sacristie, avec les toilettes et les pièces adjacentes. L’ambiance était calme et relativement silencieuse, sans doute à cause de la présence des Carmélites.

L’aspect hygiène était plutôt aléatoire et succinct ; les deux cours anglaises souillées. Des W.C. improvisés à l’extérieur parmi les arbres à droite. « A la guerre, comme à la guerre » disait-on ! Nous imaginions que c’était pour quelques jours. En réalité, pour beaucoup, cela dura jusqu’à la Libération le 25 août. Ainsi en fut-il pour nos Soeurs Carmélites.

Annonce : Journée spéciale « Libération de Lisieux »

  • samedi 23 août 2014 - Basilique Sainte Thérèse de Lisieux
    • 15h30 messe de la Libération
    • 17h Visite guidée de la Basilique Sainte Thérèse de Lisieux avec montée du Dôme et vue panoramique sur la ville
      Rendez-vous : en haut des marches de la Basilique, entrée à droite
      Renseignements et inscription : Service Accueil du Sanctuaire de Lisieux - tél. : 02 31 48 55 08

Zoom sur… Thérèse et la fête Dieu

Par le Père Gabriel Ribreau, chapelain au Sanctuaire de Lisieux

Robe de fête de Thérèse (Buissonnets)
Robe de fête de Thérèse (Buissonnets)

Thérèse a développé la dévotion au St Sacrement, par les visites faites chaque jour avec son père dans une église différente de Lisieux. Elle nous raconte : « j’aimais surtout les processions du St Sacrement. Quelle joie de semer des fleurs sous les pas du Bon Dieu !… Mais avant de les laisser tomber , je les lançais le plus haut que je pouvais et je n’étais jamais aussi heureuse qu’en voyant mes roses effeuillées toucher l’Ostensoir sacré… » (Manuscrit A 17r).

Chez Thérèse, les gestes enfantins sont de réelles manifestations de son amour pour Jésus et provoquent une attitude à l’abbaye des Bénédictines « je montais à la tribune de la chapelle et je restais devant le St Sacrement jusqu’au moment où Papa venait me chercher. Jésus n’était-il pas mon unique ami ? » (Manuscrit A 40v).

Procession du Saint Sacrement
Procession du Saint Sacrement

Elle a emboité le pas sur les « visites journalières » (Manuscrit A 71v) de son père au St Sacrement. Ce qui l’amène à célébrer Jésus Hostie dans bon nombre de ses poésies : « Mon Ciel est caché dans la petite Hostie » (PN 32), « Viens habiter mon cœur Jésus ma blanche Hostie » (PN 5)…

On peut dire que la dévotion de Thérèse pour le St Sacrement est passée de l’extérieur vers l’intérieur. Belle orientation pour nous-mêmes !