La crèche provençale

En 1789, La Révolution Française (1789) a entraîné la fermeture des églises et la suppression de la Messe de minuit. C’est alors que naquirent les santons de Provence, petits personnages créés pour qu’une crèche puisse rejoindre l’intimité de chaque famille.

A l’origine, la crèche provençale est une « pastorale », c’est à dire une marche vers l’étable. Chaque « santon » (du provençal « Santoun », qui signifie : « petit saint »), est représenté en route. Ces figurines sont traditionnellement réalisées en argile, parfois habillées de tissus véritables. Quelques-uns comme la lavandière ou le rémouleur sont représentés dans leur occupation.

Le « ravi » ne peut manquer : considéré comme le « simple du village », il a été créé pour s’émerveiller ; ses bras sont toujours levés vers le ciel. Il faudrait évoquer le « boumian », le « bohémien », voleur des dindes du notable local « Roustido » ; les belles arlésiennes dansent la farandole. Mireille s’est amourachée de Vincent, le tambourinaire… et tant d’autres !

Provençale700 Provençale 702 Provençale 701 Provençale 700 3 Provençale 700 4 Provençale 700

Les personnages, les animaux, les accessoires peuvent être très nombreux.

La scène centrale de la Nativité s’entoure de paysages locaux, de costumes colorés, en fait : il s’agit d’un vrai petit musée d’arts et traditions populaires que petits et grands ne se lassent pas de contempler.

La crèche provençale de Monseigneur Guy Gaucher, « l’évêque de Thérèse »

Monseigneur Guy Gaucher, évêque auxiliaire émérite du Diocèse de Bayeux et Lisieux, qui nous a quittés en juillet 2014, avait des origines provençales. Il avait précieusement gardé les santons de sa famille et les exposait dans son bureau pour Noël. En 2006, il avait accepté que sa crèche monte au Centre Pastoral Saint Jean-Paul II en face de la Basilique pour la première exposition de crèche du Monde. Depuis les santons les plus anciens ont été restaurés, d’autres font peu à peu leur apparition grâce aux mains expertes de Soeur Monique-Marie. La plupart des bâtiments et tous les décors sont des pièces uniques. Lisieux oblige : Louis et Zélie Martin, Thérèse à huit ans, son chien Tom et la vache Rousse de Semallé se sont bien intégrés à l’ensemble.

Les visiteurs pourront découvrir pas moins de 380 personnage pour cette seule crèche visible au Centre Pastoral Saint-Jean-Paul II à partir de samedi 3 décembre 2016 et jusqu’au 5 février 2017.

11è Exposition de Crèches du Monde Invité d’honneur Les Pays de l’Est

  • du 3 décembre 2016 au 5 février 2017
  • de 09h30 à 17h00
  • tous les jours sauf Noël et 1er janvier
  • les dimanches : visite guidée 15h
  • Centre Pastoral Saint-Jean-Paul II
Crèche Provençale Sanctuaire de Lisieux