La Châsse du Brésil

ou Reliquaire doré

Histoire de la Châsse du Brésil

Rubillon220Imaginez un jeune homme, exact contemporain de Thérèse, né à l’autre bout du département du Calvados. L’année même où elle entre au Carmel, il entre au noviciat des Jésuites. Tous deux font profession en 1890, à quelques semaines d’intervalle. Quelques mois après l’« entrée dans la vie » de Thérèse, il embarque pour le Brésil, où il enseigne dans les Collèges de la Compagnie de Jésus. Son nom : Henri Rubillon, connu aussi comme le « héraut brésilien » de Thérèse.

Très tôt, la lecture d’Histoire d’une Âme déclenche chez lui un amour passionné pour Thérèse et une ardeur formidable pour propager sa petite voie et sa dévotion. Le long et abondant échange de lettres avec le Carmel témoigne de la fervente activité du Père Henri qui diffuse au Brésil images et reliques de sœur Thérèse. Il envoie des dons, pour les frais d’impression et d’envoi, et pour faire dire des messes.

En 1919, certains pays ayant offert leur drapeau au Carmel de Lisieux, les sœurs suggèrent au zélé jésuite de leur faire parvenir celui du Brésil. Les dons affluent de tout le pays et un drapeau est envoyé dans un magnifique coffre de bois précieux (visible au Carmel aujourd’hui). Le talent des sculpteurs et la grande générosité des brésiliens font que les carmélites proposent l’année suivante au père Rubillon d’offrir le reliquaire. Au mois de novembre il publie un appel public : « Le Brésil, qui a une place privilégiée à Lisieux vient de recevoir du monastère une suggestion qui est une extraordinaire distinction : offrir la châsse où seront conservés les ossements de la Servante de Dieu. Honneur sans prix pour le Brésil… ». La réponse dépasse toutes les attentes…

RelDoréCôté180La châsse est fabriquée à Paris, dans les ateliers de M. Brunet, orfèvre rue de Grenelle, sous la direction de M. Ménage, architecte à Caen. Si les Sœurs la souhaitaient d’abord en bois précieux « des îles », elle est finalement réalisée en argent doré. Elle est notamment ornée de 28 colonnes d’onyx judicieusement groupées par deux aux quatre angles, ce qui rompt la monotonie, et de médaillons représentant Thérèse. Le reliquaire est livré au Carmel à la mi-mars 1923, les reliques de sainte Thérèse y sont déposées avec soin le 27 mars 1923, au lendemain du déplacement des restes de Thérèse du cimetière à la chapelle du Carmel.

ProcessionLa châsse du Brésil ne quitte le Carmel qu’à l’occasion des fêtes de sainte Thérèse célébrées à Lisieux du dernier samedi de septembre au week end suivant. C’est également ce reliquaire qui a servi lors des premières pérégrinations des reliques de sainte Thérèse à travers la France, d’abord en 1945, 1946 et 1947, puis en 1995 et 1996.

Doctorat à RomeEt c’est bien la châsse du Brésil qui se trouvait, le 19 octobre 1997, devant la Basilique St-Pierre de Rome et le pape Jean-Paul II pour la proclamation du Doctorat de sainte Thérèse.