L’abbé Dumaine

par le Père Thierry Hénault-Morel

L’abbé Lucien-Victor Dumaine (1842–1926), né à Tinchebray, est ordonné prêtre en 1867.

Nommé vicaire à Notre-Dame d’Alençon le 20 juin 1868, il lui est donné à partir de 1871 de connaître et d’apprécier la famille Martin installée désormais rue Saint Blaise. C’est lui qui baptise Thérèse, la petite dernière, le 4 janvier 1873.

Appelé à délivrer une copie de l’acte de ce baptême, il écrit en 1909 : « Je bénis Dieu de m’avoir fait l’honneur d’ouvrir le vestibule du Ciel à la future petite sainte carmélite de Lisieux et je me plais à rendre hommage au milieu profondément chrétien et bon dans lequel elle est née et a grandi ».

PhAbbéDumaineR180Homme cultivé, passionné d’histoire locale, on le voit s’intéresser à la restauration de l’église Notre-Dame d’Alençon et à ses superbes vitraux de la Renaissance.

Rendu attentif à la condition des soldats par la guerre de 1870, il devient aumônier militaire en 1874.

Quatre ans plus tard, il est curé de Tourouvre puis de 1885 à 1890, curé de la paroisse de Montsort d’Alençon. C’est à lui que l’on doit la décoration de la nouvelle église, en particulier les mosaïques qu’il offre de ses deniers. Œuvres du mosaïste italien Facchina (celui qui a travaillé à l’opéra Garnier de Paris), elles illustrent dans la chapelle absidiale quelques aspects du mystère de Marie et de sa dévotion. La mosaïque du chevet représente la remise des clés à l’apôtre Saint Pierre auquel cette église est consacrée.

Le 1° octobre 1890, l’abbé Dumaine est nommé curé archiprêtre de la cathédrale de Sées avant de devenir vicaire général du diocèse de 1899 à 1910, puis chanoine titulaire de la cathédrale.

Il meurt un an après la canonisation de Thérèse en faveur de laquelle il a donné son témoignage lors des procès informatif et apostolique. Dans la chapelle du baptistère Notre-Dame d’Alençon, un vitrail de Louis Barillet le représente en train de baptiser Thérèse (1925).

PhVitrailBaptThR350