Jacques Fesch

par le Père Benjamin Boisson, chapelain

Jacques Fesch, a été condamné à mort, suite au meurtre d’un policier en 1954. En priant en cellule, il retrouve la foi grâce entre autre à sainte Thérèse.

PhJacquesFeschR100Voilà ce qu’il dit de sa petite soeur du ciel :
"J’avais reçu une image de la petite Thérèse de l’Enfant Jésus. Je lui ai parlé comme à une petite sœur. Je lui disais, ce qu’elle disait à ses petits frères au ciel : « Si vous étiez sur terre, vous n’hésiteriez pas à m’aider de tout votre cœur, maintenant que vous êtes au ciel, vous pouvez le faire encore beaucoup plus facilement, alors je compte sur vous »."

PhJacquesFesch02Il poursuivra plus tard en disant :
"D’ailleurs durant son vivant, elle a sauvé l’âme d’un condamné à mort par ses prières et en était tout heureuse. Moi ma vie c’est pareil. Moi aussi, « Je suis un tout petit et ai besoin de la pluie de roses qu’elle a promise à ceux qui l’invoqueraient."

Ce qui a attiré Jacques Fesch chez sainte Thérèse c’est sa petite voie, sa confiance, son zèle. Il la trouvait jolie cette petite sainte, et proche de lui. Par sa petite voie, il s’élevait. Le milieu carcéral de l’époque était très difficile et il a gardé courage grâce à la confiance thérésienne.

Il a été exécuté le jour même de la fête de sainte Thérèse, le premier Octobre. Une manière à elle de l’accompagner en Paradis ! Plus qu’une coïncidence : Thérèse avait offert sa vie pour sauver Pranzini, coupable d’un triple meurtre et repenti avant son exécution. Jacques Fesch est mort à 24 ans comme sa petite soeur du ciel.