Franchir la porte de la cellule de Thérèse

Le Carmel de Lisieux n’est pas un musée, mais un lieu de vie, de silence, de prière. Il est de ce fait tout à fait compréhensible que les lieux tels que les a habités la petite soeur Thérèse de l’Enfant-Jésus, de 1888 à 1897, aient connu quelques modifications…

Voici comment Thérèse, dans ses Manuscrits (A 69 v°), relate ses premières impressions à son entrée au monastère, le 9 avril 1888 :

« Comme toutes les postulantes je fus conduite au chœur aussitôt après mon entrée ; il était sombre à cause du St Sacrement exposé et ce qui frappa d’abord mes regards, furent les yeux de notre sainte mère Geneviève qui se fixèrent sur moi ; je restai un moment à genoux à ses pieds remerciant le bon Dieu de la grâce qu’Il m’accordait de connaître une sainte et puis je suivis la mère Marie de Gonzague dans les différents endroits de la communauté ; tout me semblait ravissant, je me croyais transportée dans un désert, notre petite cellule surtout me charmait, mais la joie que je ressentais était calme, le plus léger zéphyr ne faisait pas onduler les eaux tranquilles sur lesquelles voguait ma petite nacelle, aucun nuage n’obscurcissait mon ciel d’azur… ah ! j’étais pleinement récompensée de toutes mes épreuves… Avec quelle joie profonde je répétais ces paroles : “C’est pour toujours, toujours que je suis ici !…” »

Si des lieux majeurs sont demeurés intacts (le chauffoir, le réfectoire, la salle du chapitre, la dernière cellule de Thérèse et bien sûr l’infirmerie…), d’autres ont connu des transformations selon les réorganisations et les besoins de la communauté. Tel est le cas des deux premières cellules de Thérèse. De son entrée en 1888 au printemps 1893, elle occupe une cellule au dessus du réfectoire, donnant sur l’arrière du jardin et des bâtiments de travail.

Depuis février 2013, la porte de cette première cellule, démontée lors des récents travaux, est désormais au centre de l’espace d’exposition du Carmel.

info document -  voir en grand cette image

On peut, à la suite de Thérèse, franchir cette porte, marcher sur le carrelage qui pavait le couloir distribuant les cellules et ainsi accéder à la partie de l’exposition dédiée à la vie des Soeurs.

info document -  voir en grand cette image
la première cellule de Thérèse entrouverte sur le couloir -  voir en grand cette image
la première cellule de Thérèse entrouverte sur le couloir
« notre petite cellule surtout me charmait » -  voir en grand cette image
« notre petite cellule surtout me charmait »

Pour voir l’emplacement de la première cellule de Thérèse et d’autres photos du Carmel au temps de Thérèse, consultez le magnifique site des archives : http://www.archives-carmel-lisieux.fr/carmel/index.php?option=com_content&view=article&id=12284&Itemid=162