Ce que croyait Thérèse de Lisieux

Relecture de l’enseignement du catéchisme à l’école de Thérèse, une « traduction à l’usage des petits » de ce qu’enseigne la plus haute théologie et de ce dont vit l’Église.

Auteur : Gabriel-Marie Garrone

Il y a chez sainte Thérèse de Lisieux une joie de croire qui engendre l’impatience de faire partager la surabondance des divines miséricordes. Aimer et être aimée, faire aimer, ce sont les trois étapes inséparables de son dessein et de sa vocation. Son plus cher désir c’est, au-delà de la mort, de passer son ciel à faire du bien sur la terre.

Vouloir reprendre, à la lumière de son témoignage, l’enseignement de notre foi, ne peut qu’être profitable et c’est ce qui apparaîtra sans doute à la lecture de ce livre. Cette expérience d’une âme fidèle est expérience d’Eglise, vécue à l’écoute de l’Esprit saint. Les vérités de la foi et celles de la vie chrétienne sont ici saisies dans leur simplicité originelle, dans leur climat d’authenticité. A méditer ce que dit Thérèse de la prière, on verra s’évanouir tant de contradictions où nous nous enfermons. A l’entendre parler du péché sans recherche littéraire, ce sont de véritables clefs qui s’offrent à notre pensée et à notre action. A chaque instant, des formules surgissent dont la parfaite transparence fait penser à saint Jean. C’est également une joie pour le dialogue oecuménique, d’entendre affirmer avec tant de puissance la gratuité du don de Dieu.

S’il est vrai que des théologiens et des exégètes ont pu trouver chez elle comme un écho de l’Evangile, comme une confirmation de leurs recherches et de leurs travaux, combien de chrétiens, combien d’hommes d’aujourd’hui, perdus sans boussole, peuvent lui devoir de regagner la route de la foi.

Mame - 227 pages- 5 €