Album souvenir d’une journée historique

la béatification de Louis et Zélie Martin

Lisieux, le dimanche 19 octobre 2008

Souvenir d’un rassemblement de famille en présence de nombreux invités, dont :

  • le Cardinal SARAIVA MARTINS, originaire du Portugal, préfet émérite de la Congrégation pour la cause des saints. Il est l’envoyé spécial de sa Sainteté le pape Benoît XVI.
  • Le Cardinal Ivan DIAS, préfet de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples
  • Le Cardinal Eusebio Oscar SCHEID, archevêque de Rio de Janeiro (Brésil)
  • Le Cardinal Paul POUPARD, préfet émérite du Conseil de la Culture
  • Le Carinal Bernard PANAFIEU, archevêque émérite de Marseille
  • Madame Christine Boutin, Ministre du logement et de la ville, ministre délégué par le gouvernement français. Invités

Plusieurs nations sont venues acclamer les nouveaux bienheureux. En ce dimanche des Missions, on pouvait entendre parler français, anglais, portugais, slovaque, russe, chinois,… Au total, plus de 12000 personnes présentes sur place. Sans compter les 173 millions de téléspectateurs qui ont suivi l’événement retransmis en direct par la télévision.

Rite de la béatification au cours de la célébration

Le P. Antonio Sangalli, vice postulateur de la cause des époux Martin, au nom du postulateur le P. Siméon de la Sainte Famille, dessine le profil des deux époux, faisant ressortir le motif de leur béatification.

Les évêques de Séez-Alençon et de Bayeux-Lisieux adressent ensuite leur supplique au Légat, lui demandant de procéder à la béatification.

Le Cardinal Saraiva Martins, au nom de S.S. le pape Benoît XVI, proclame le décret de béatification.

Cardinal Saraiva Martins

L’assistance exprime sa joie et sa reconnaissance en chantant : « Laudate Dominum, louez le Seigneur »

Le Reliquaire est dévoilé par le jeune Pietro Schiliro, guéri miraculeusement et par ses parents. Au-dehors, la foule très dense est à l’unisson. Elle seule verra le feu d’artifice de jour qui ponctue l’événement.

le reliquaire des bienheureux

Une vraie fête pour les familles

Pic-nicL’esplanade restée paisible tout au long de la cérémonie, est ensuite devenue lieu de pic-nic offrant des occasions d’échange entre familles et bénévoles, découvrant au fil d’anecdotes, la vie concrète de la famille Martin, semblable aux nôtres en bien des points.

StandsEntre temps, pour faire connaître les époux et parents Louis et Zélie Martin, des stands présentaient les revues du Sanctuaire et la correspondance familiale de Louis et Zélie Martin dont 10 lettres seront lues au jeu scénique de l’après-midi.

Jeu scénique à la basilique

Un « point rencontre » favorisait les échanges entre familles, autour d’un café. Tout cela dans une ambiance de fête.

En avant la musique

Bref, avec un soleil radieux, ce fut une journée réussie grâce notamment au concours de nombreux bénévoles, tous heureux de se donne pour cette belle cause.

Témoignages

Les intentions de prière adressées par l’intercession des époux Martin remplissent vite les corbeilles placées près du reliquaire.

la foule

  • « Je rends grâce et remercie de tout cœur les Bienheureux Louis et Zélie Martin… en ce jour du 19 octobre dernier, alors que j’étais encore pleine d’émotion par la magnifique cérémonie de béatification, un message m’attendait de la part d’une de mes filles qui ne me donnait plus de nouvelles depuis deux ans : elle acceptait ma visite le 13 novembre prochain, jour de ses 50 ans. Quelle joie ! Ce fut un moment de grâce. Merci. » Mme D.

Intentions de prière

  • « Je me suis mariée depuis 2 mois, et pour mon mari et moi il était très important de nous confier à la protection de Louis et Zélie, que nous chérissons particulièrement. Ils nous l’ont bien rendu ! Dans l’après-midi du jour de la béatification, alors que le reliquaire des bienheureux était exposé sur une estrade à l’extérieur de la Basilique, bon nombre de personnes se pressaient pour tenter de le toucher, mais les personnes chargées de la sécurité ne permettaient qu’aux enfants de s’approcher et d’embrasser le reliquaire. Je regardais le reliquaire avec amour, lorsqu’un des gardes me prend par la main et me dit avec une voix de papi-gâteau : ‘allez ma ptite, viens faire un bisou à Louis et Zélie ». En réalité j’ai 20 ans, et il m’en a donné 12. Alleluia ! sans y réfléchir à deux fois, je grimpe sur l’estrade, et je passe mes bras autour du reliquaire en embrassant le visage sculpté de Louis. Dans ma tête je remerciais les bienheureux de tout mon cœur, quelle grâce, quelle délicate attention ! et c’est comme ça depuis que je connais Thérèse ! La doctrine de Thérèse, se faire petit comme des enfants, s’est avérée concrètement efficace pour moi ! » Joséphine