NewsLetter

Pour éviter que les articles servant à la création de vos lettres se retrouvent dans la navigation du site, placez-les dans cette rubrique.

Pour faire une lettre, il vous faudra le plugin CleverMail, et utiliser les squelettes : lettre_libre et lettre_libre_txt. Utilisez le mot clef Courrier_libre pour désigner l’article servant pour le prochain courrier.

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Le mois de juin est celui de l’Acte d’offrande de Thérèse à l’Amour miséricordieux, le 9 juin 1895. Dans les jours qui suivent, Thérèse fait l’expérience de l’amour de Jésus qui la brûle de façon intense et bouleverse son cœur comme une brûlure d’amour.

Demandons à sainte Thérèse qu’elle nous apprenne à découvrir l’amour miséricordieux de Jésus pour nous, dans le souffle de l’Esprit Saint de Pentecôte dont nous venons d’être renouvelés comme cadeau du Père de toute miséricorde.

Avançons avec sérénité sur ce chemin d’abandon puisque sainte Thérèse écrit à la fin de ses manuscrits : « Ce n’est que la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour ».

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

« Oh je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime ».

Ainsi commence la dernière des poésies de sainte Thérèse (PN 54) la plus belle aussi, vraisemblablement. Céline rapporte les propos de sa sœur Thérèse : « J’ai toujours rêvé d’exprimer dans un chant à la Sainte Vierge tout ce que je pense d’elle ».

Au long des vingt-cinq strophes, Thérèse égrène avec le regard contemplatif de la Vierge Marie, toute la vie de Jésus, le Fils de Marie. Thérèse se reçoit de Lui pour être à son tour, l’enfant de Marie.

En ce mois de mai, relisons et méditons cette poésie pour que, d’une façon renouvelée, nous puissions dire avec Thérèse : « Oh je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime ».

Bon mois de Marie,

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Le temps du Carême nous achemine vers la célébration de la Pâque de Jésus. Invités à nous réconcilier avec Dieu, nous voulons laisser l’Esprit Saint susurrer à l’oreille de nos cœurs cette parole de Dieu le Père pour son Fils Jésus, au moment de son baptême dans le Jourdain : « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi je mets tout mon amour » ou bien encore celle du père à son fils aîné dans la parabole du Fils prodigue : « tout ce qui est à moi, est à toi ».

Bon courage, dans l’espérance du Jour qui vient !

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

La poésie de sainte Thérèse « Vivre d’Amour » (PN 17) s’enracine dans la Parole de Dieu : « Au soir d’Amour, parlant sans parabole / Jésus disait : « Si quelqu’un veut m’aimer / Toute sa vie, qu’il garde ma Parole… ».

La Parole de Dieu conduit à la rencontre du Père et libère dans l’Esprit Saint, le cadeau de son amour et de sa paix : « Mon Père et moi viendrons le visiter. / Et de son cœur faisant notre demeure / Venant à lui, nous l’aimerons toujours ! / Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure / En notre Amour !… ».

Sainte Thérèse portera sur son cœur, plusieurs passages recopiés de la Parole de Dieu. Elle a compris de l’intérieur que la Parole de Dieu, c’est Jésus : « Vivre d’Amour, c’est te garder Toi-Même / Verbe incréé, Parole de mon Dieu, / Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t’aime… ».

Cet Amour pour Jésus la plonge au cœur même de la Vie trinitaire qui lui fait aimer le Père, dans le feu de l’Esprit Saint : « L’Esprit d’Amour m’embrase de son feu / C’est en t’aimant que j’attire le Père / Mon faible cœur le garde sans retour. / O Trinité ! vous êtes Prisonnière / De mon Amour !….. »

L’expérience spirituelle de sainte Thérèse nous rappelle celle que fera sainte Elisabeth de la Trinité, la bien nommée, le 21 novembre 1904, dans sa prière d’offrande « O mon Dieu, Trinité que j’adore… ».

Que sainte Thérèse et sainte Elisabeth nous fassent aimer la Parole de Dieu et affine en nous le désir de nous laisser façonner par elle !

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Dans l’histoire sainte de la famille Martin, le samedi 21 janvier 2017 marque une nouvelle étape majeure dans le processus vers la béatification et canonisation de la Servante de Dieu, Sœur Françoise-Thérèse Martin, toujours appelée affectueusement « Léonie ».

Ce 21 janvier, la châsse de verre contenant ses restes mortels est déposée dans le nouveau tombeau édifié dans la chapelle du Monastère de la Visitation de Caen.

Sainte Thérèse avait dit à Sœur Marie du Sacré-Cœur qu’au Ciel, elle prierait pour sa chère sœur Léonie : « Après ma mort, je la ferai rentrer à la Visitation et elle y persévérera ».

Le 28 janvier 1899, en entrant pour la troisième fois à la Visitation, Léonie au bras de son oncle Isidore Guérin, a la certitude que cette fois est la bonne : « En entrant j’étais un peu émue mais pleine de confiance et mon premier mot après m’être jetée dans les bras de ma tendre Mère fut celui-ci : « Je sortirai d’ici, mais dans mon cercueil » ».

Paroles prophétiques de sainte Thérèse comme de la Servante de Dieu Léonie car c’est précisément ce qui arriva !..

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Les frimas de l’hiver qui nous saisissent en ce début décembre nous tournent résolument vers la lumière de Celui qui vient au cœur de la nuit. Le temps de l’Avent nous prépare spirituellement à l’avènement du Fils de Dieu.

Par la naissance de Jésus, Dieu le Père manifeste le soin qu’il prend de l’homme. Tout ce qui fait la vie de notre humanité intéresse le cœur de Dieu, précisément parce que Dieu se fait homme en la personne de Jésus.

Demandons à l’Esprit Saint de nous donner l’audace d’un cœur humble et décidé au service de l’humanité.

Bon et saint Noël.

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier RuffrayR130

Chers amis,

Les sept nouveaux saints que le Pape François vient d’offrir à l’Eglise et au monde rejoignent « le peuple immense de ceux qui T’ont cherché » comme le chante la liturgie de la Toussaint.

Devenus amis de Dieu, les saints dégagent une fraîcheur évangélique qui dilate l’âme et nous aide en Eglise, sur le chemin de notre propre réponse personnelle à l’amour de Dieu qui appelle.

Comptant sur la miséricorde divine, que sainte Thérèse nous encourage et nous donne d’avancer avec simplicité de cœur : « Non, je ne me crois pas une grande sainte ! Je me crois une toute petite sainte  ».

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier RuffrayR130

Chers amis,

« Je vais à la Lumière, à la Vie, à l’Amour »

Cette parole de sainte Elisabeth de la Trinité, au seuil de son « Entrée dans la Vie », déborde de l’espérance qui anime la vie des chrétiens.

Cette espérance, Elisabeth Catez, l’a découverte avant d’entrer au Carmel de Dijon, en lisant « Histoire d’une âme » de sa grande sœur sainte Thérèse.

La canonisation d’Elisabeth comme celle des six autres nouveaux saints, fait la joie de tous les saints, amis de Dieu et nous transporte dans la joie et l’espérance du Jour qui vient.

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier RuffrayR130

Chers amis,

Le 30 septembre 1897, à 19 heures, sœur Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte Face, « entre dans la vie » selon son expression dans sa lettre d’adieu à son frère spirituel, l’abbé Bellière, le 9 juin 1897.

« Pour jamais votre petite sœur sera unie à son Jésus, c’est alors qu’elle pourra vous obtenir des grâces et voler avec vous dans les missions lointaines ».

Puis plus loin : « Je voudrais vous dire, mon cher petit Frère, mille choses que je comprends étant à la porte de l’éternité, mais je ne meurs pas, j’entre dans la vie et tout ce que je ne puis vous dire ici bas, je vous le ferais comprendre du haut des Cieux… »

« A Dieu, petit Frère, priez pour votre petite sœur qui vous dit : A bientôt, au revoir au Ciel !.. »

Parole réconfortante s’il en est pour le moment de « l’entrée dans la vie ».

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier RuffrayR130

Chers amis,

« Bientôt je l’entendrai cette douce harmonie
- Bientôt dans le beau Ciel, je vais aller te voir
- Toi qui vins me sourire au matin de ma vie
- Viens me sourire encor… Mère… voici le soir !… »

En hommage au Père Jacques Hamel, en ce mois de l’Assomption de la Vierge Marie, nous voulons offrir ces quatre versets de la poésie de sainte Thérèse intitulée « Pourquoi je t’aime, ô Marie ». Que sainte Thérèse, les saints Louis et Zélie Martin, unis au cœur de la Sainte Vierge, intercèdent pour nous et pour le monde.

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | Tout afficher