NewsLetter

Pour éviter que les articles servant à la création de vos lettres se retrouvent dans la navigation du site, placez-les dans cette rubrique.

Pour faire une lettre, il vous faudra le plugin CleverMail, et utiliser les squelettes : lettre_libre et lettre_libre_txt. Utilisez le mot clef Courrier_libre pour désigner l’article servant pour le prochain courrier.

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

« La Toussaint, tous les jours !.. »

Entendu cette semaine : « A Lisieux, la Toussaint, c’est tous les jours !.. »

Sainte Thérèse, saints Louis et Zélie Martin nous font la grâce de leur présence à Lisieux d’une manière toute spéciale.

En famille, ils nous montrent le chemin de la Sainteté qu’ils ont désiré vivre chacun pour leur part.

« Aimer Jésus et le faire aimer » comme le souhaite sainte Thérèse est assurément le chemin à suivre, moyennant la Miséricorde de Dieu qui se souvient que nous sommes ses enfants bien-aimés.

Le regard levé vers le Ciel,
Bonne fête de la Toussaint

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

« Comme une pluie de roses »

« Je sens que je vais entrer dans le repos… Mais je sens surtout que ma mission va commencer, ma mission de faire aimer le bon Dieu comme je l’aime, de donner ma petite voie aux âmes. Si le bon Dieu exauce mes désirs, mon Ciel se passera sur la terre jusqu’à la fin du monde. Oui, je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la terre. » Ainsi s’exprime sainte Thérèse le 17 juillet 1897.

Dans le prolongement des fêtes célébrant son « Entrée dans la Vie », les fêtes du Doctorat vont nous faire pénétrer plus avant la doctrine du plus jeune Docteur de l’Eglise que Thérèse est devenue le 19 octobre 1997, il y a vingt ans, déjà !..

Du mercredi 18 octobre au 22 octobre, à travers le colloque prévu notamment, sainte Thérèse nous révélera « la science d’amour » comme elle le promît à sa sœur aînée Marie.

Bienvenue à Lisieux, de présence ou de cœur, chez notre jeune Docteur !..

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Le mois de septembre 1897 marque l’entrée dans la vie de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus de la Sainte Face.

Le 30 septembre, à 7 heures du soir, Sœur Thérèse rend son dernier souffle.

Dans le vent de l’Esprit, l’ouragan de gloire ne se fait pas attendre…

Lors de la semaine thérésienne du 30 septembre prochain au 8 octobre, le colloque « 1897, il y a 120 ans… Thérèse » auquel vous êtes invités, nous fera découvrir plus avant la spiritualité et l’étonnante présence de notre chère sœur sainte Thérèse !..

A bientôt à Lisieux,

Nous vous attendons.

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Avec sainte Thérèse, saints Louis et Zélie Martin, nous voulons nous unir au Magnificat de la Vierge Marie pour l’action de Dieu dans sa vie.

Fille de Nazareth, disponible totalement à l’amour de Dieu en son Immaculée Conception, par sa docilité à la Parole qui comble son cœur, elle devient, dans l’Esprit Saint, la Mère de Dieu, la Mère de Jésus Sauveur.

Elle nous donne Jésus pour que nous l’aimions, à notre tour, du même amour dont son fils nous aime.

La Vierge Marie en son Assomption élève notre regard vers le Ciel et avive en nous l’Espérance qui resplendit au matin de Pâques dans la résurrection du Christ, don de l’amour du Père, dans le souffle de l’Esprit Saint.

Bel été

Et belle fête de la Vierge au 15 août !

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Le 16 juillet 1894, sainte Thérèse offre son « Chant de reconnaissance à Notre-Dame du Mont-Carmel » (PN 7) à sœur Marthe pour son anniversaire.

Orpheline de mère puis de père, la jeune Marthe trouvera le secours « à l’ombre d’un cloître béni ».

Au moment de quitter ce monde, elle dit sa reconnaissance de mourir « dans ce Carmel de la voie d’amour » et s’exprime ainsi : « C’est incroyable la paix que j’éprouve. Je n’en reviens pas ! Le bon Dieu n’est que douceur, jamais je ne me serais attendue à le trouver si doux ; ma confiance en lui est illimitée ».

En ce mois de juillet, tournons-nous avec sainte Thérèse et sœur Marthe vers Notre-Dame du Mont-Carmel fêtée le 16 juillet ; accueillons avec bonheur la poésie de Thérèse et chantons à notre Mère du Ciel, notre « Chant de reconnaissance ».

Bel été,

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Le mois de juin est celui de l’Acte d’offrande de Thérèse à l’Amour miséricordieux, le 9 juin 1895. Dans les jours qui suivent, Thérèse fait l’expérience de l’amour de Jésus qui la brûle de façon intense et bouleverse son cœur comme une brûlure d’amour.

Demandons à sainte Thérèse qu’elle nous apprenne à découvrir l’amour miséricordieux de Jésus pour nous, dans le souffle de l’Esprit Saint de Pentecôte dont nous venons d’être renouvelés comme cadeau du Père de toute miséricorde.

Avançons avec sérénité sur ce chemin d’abandon puisque sainte Thérèse écrit à la fin de ses manuscrits : « Ce n’est que la confiance et rien que la confiance qui doit nous conduire à l’amour ».

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

« Oh je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime ».

Ainsi commence la dernière des poésies de sainte Thérèse (PN 54) la plus belle aussi, vraisemblablement. Céline rapporte les propos de sa sœur Thérèse : « J’ai toujours rêvé d’exprimer dans un chant à la Sainte Vierge tout ce que je pense d’elle ».

Au long des vingt-cinq strophes, Thérèse égrène avec le regard contemplatif de la Vierge Marie, toute la vie de Jésus, le Fils de Marie. Thérèse se reçoit de Lui pour être à son tour, l’enfant de Marie.

En ce mois de mai, relisons et méditons cette poésie pour que, d’une façon renouvelée, nous puissions dire avec Thérèse : « Oh je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t’aime ».

Bon mois de Marie,

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Le temps du Carême nous achemine vers la célébration de la Pâque de Jésus. Invités à nous réconcilier avec Dieu, nous voulons laisser l’Esprit Saint susurrer à l’oreille de nos cœurs cette parole de Dieu le Père pour son Fils Jésus, au moment de son baptême dans le Jourdain : « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi je mets tout mon amour » ou bien encore celle du père à son fils aîné dans la parabole du Fils prodigue : « tout ce qui est à moi, est à toi ».

Bon courage, dans l’espérance du Jour qui vient !

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

La poésie de sainte Thérèse « Vivre d’Amour » (PN 17) s’enracine dans la Parole de Dieu : « Au soir d’Amour, parlant sans parabole / Jésus disait : « Si quelqu’un veut m’aimer / Toute sa vie, qu’il garde ma Parole… ».

La Parole de Dieu conduit à la rencontre du Père et libère dans l’Esprit Saint, le cadeau de son amour et de sa paix : « Mon Père et moi viendrons le visiter. / Et de son cœur faisant notre demeure / Venant à lui, nous l’aimerons toujours ! / Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure / En notre Amour !… ».

Sainte Thérèse portera sur son cœur, plusieurs passages recopiés de la Parole de Dieu. Elle a compris de l’intérieur que la Parole de Dieu, c’est Jésus : « Vivre d’Amour, c’est te garder Toi-Même / Verbe incréé, Parole de mon Dieu, / Ah ! tu le sais, Divin Jésus, je t’aime… ».

Cet Amour pour Jésus la plonge au cœur même de la Vie trinitaire qui lui fait aimer le Père, dans le feu de l’Esprit Saint : « L’Esprit d’Amour m’embrase de son feu / C’est en t’aimant que j’attire le Père / Mon faible cœur le garde sans retour. / O Trinité ! vous êtes Prisonnière / De mon Amour !….. »

L’expérience spirituelle de sainte Thérèse nous rappelle celle que fera sainte Elisabeth de la Trinité, la bien nommée, le 21 novembre 1904, dans sa prière d’offrande « O mon Dieu, Trinité que j’adore… ».

Que sainte Thérèse et sainte Elisabeth nous fassent aimer la Parole de Dieu et affine en nous le désir de nous laisser façonner par elle !

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

Editorial

Père Olivier Ruffray130

Chers amis,

Dans l’histoire sainte de la famille Martin, le samedi 21 janvier 2017 marque une nouvelle étape majeure dans le processus vers la béatification et canonisation de la Servante de Dieu, Sœur Françoise-Thérèse Martin, toujours appelée affectueusement « Léonie ».

Ce 21 janvier, la châsse de verre contenant ses restes mortels est déposée dans le nouveau tombeau édifié dans la chapelle du Monastère de la Visitation de Caen.

Sainte Thérèse avait dit à Sœur Marie du Sacré-Cœur qu’au Ciel, elle prierait pour sa chère sœur Léonie : « Après ma mort, je la ferai rentrer à la Visitation et elle y persévérera ».

Le 28 janvier 1899, en entrant pour la troisième fois à la Visitation, Léonie au bras de son oncle Isidore Guérin, a la certitude que cette fois est la bonne : « En entrant j’étais un peu émue mais pleine de confiance et mon premier mot après m’être jetée dans les bras de ma tendre Mère fut celui-ci : « Je sortirai d’ici, mais dans mon cercueil » ».

Paroles prophétiques de sainte Thérèse comme de la Servante de Dieu Léonie car c’est précisément ce qui arriva !..

Père Olivier Ruffray, recteur du Sanctuaire de Lisieux

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | Tout afficher